Sucre : questions/réponses avec le naturopathe Christopher Vasey


Alimentation saine, Tout sur le sucre /

Christopher Vasey est naturopathe en Suisse.

La naturopathie est une médecine traditionnelle visant à prendre soin de l’organisme entier en ayant recours à des pratiques naturelles et biologiques.

Mr Vasey est auteur de plusieurs ouvrages dont le livre Sucre et Santé, un livre dans lequel il explique de façon très simple et claire la différence entre les bons et mauvais sucres, ainsi que les graves conséquences d’une surconsommation de mauvais sucres.

Découvrez le site internet de Christopher Vasey ici.

Suite à mon étude du sujet à travers son ouvrage et plusieurs autres, il y avait quelques interrogations qui restaient sans réponse, certains points que j’avais besoin d’éclaircir.

Notamment, à propos de l’Indice Glycémique, qui permet de savoir quels aliments glucidiques (quels sucres) sont à privilégier et lesquels sont à éviter. Pour en savoir plus et mieux comprendre, vous trouverez ici un article que j’ai écris sur l’IG des sucres. Mais aussi, des interrogations sur certains aliments, sur les différentes alternatives au sucre.

Car on trouve tellement d’avis différents sur le sujet qu’on ne sait plus ce qu’il faut manger pour perdre du poids et être en bonne santé… et c’est fatiguant !

J’ai donc contacté le Mr Vasey qui a gentiment accepté de répondre à quelques unes de mes questions.

Dans cet article, je vous partage donc le résumé de notre entretien téléphonique du 27 novembre 2017.

L’indice Glycémique

Moi : L’Indice Glycémique, comme la Charge Glycémique, permet de classer les aliments de la famille des glucides (les sucres) selon qu’ils élèvent beaucoup ou qu’ils élèvent peu le taux de sucre dans le sang (la glycémie). En gros, un aliment qui fait élever fortement la glycémie est à éviter, tandis qu’un aliment qui fait peu élever la glycémie est à privilégier.

Jusque là, c’est clair. On peut alors considérer l’IG et la CG comme très pratiques.

Mais selon moi, comme j’en parlais dans mon article sur l’IG, ils ont tous deux des limites. Des limites concernant le type des aliments.

L’exemple que j’avais pris dans mon article était le suivant :

le Nutella, un produit plein de sucre et de gras, est placé dans les IG et CG bas ou moyens. Donc, selon ces critères, le Nutella ne fait pas élever la glycémie. Si on suit le raisonnement de l’IG et la CG, alors, le Nutella est bon à consommer.

à l’inverse, la pomme de terre, qui est un aliment naturel, plein de nutriments, est placé dans les IG et CG élevés. Selon ces critères, la pomme de terre fait trop élever la glycémie donc, si on continue de suivre le même raisonnement, la pomme de terre est à éviter.

Conclusion : préférez manger du Nutella plutôt que des pommes de terre !

Classer dans un même tableau des aliments non-naturels avec des aliments naturels, cela n’a pas de sens puisqu’ils n’ont rien à voir. De plus, en plaçant le Nutella ainsi dans les « bons » sucres et la pomme de terre dans les « mauvais », cela pousse carrément les gens à se tromper !

C. Vasey : Oui, c’est le danger !

Moi : Je pense qu’il faudrait plutôt séparer les aliments naturels des aliments non naturels.

Puis, classer les aliments naturels ensemble dans un tableau et selon leur effet sur la glycémie. Si on veut (même si de toute façon ils sont mauvais et qu’il faut pratiquement tous les éviter), on peut ensuite classer les aliments non naturels, transformés, industriels dans un autre tableau.

De cette façon, on sait que dans le premier tableau il n’y a que les bons sucres (dont certains sont plus à privilégier que d’autres) et dans le deuxième tous les mauvais.

C. Vasey : Oui, ce serait beaucoup plus clair comme ça.

Mais il faut savoir que le Nutella est placé là où il est parce que le Nutella, c’est du sucre mais aussi des graisses. Et les graisses freinent l’absorption du sucre. C’est pour cela que son IG est bas. Tandis que la pomme de terre est pure donc son IG est plus élevé.

Les tableaux scientifiques avec de tels chiffres et analyses sont parfois à côté du sujet parce que, du coup, certaines personnes vont commencer (ou continuer) à manger du Nutella en croyant que c’est bon pour eux.

Le tableau de l’IG concerne le sucre. Mais le Nutella, c’est aussi beaucoup de graisses. Et les graisses, le tableau de l’IG ne les prend pas en considération. Du coup, les gens ne se raisonnent pas assez et pensent qu’ils peuvent continuer à consommer du Nutella. Et ça, ce n’est pas bon du tout car trop de graisses et trop de sucre, c’est loin d’être un bon mélange.

C’est pour cela que, dans mon livre, j’avais proposé de garder en tête une notion de base de naturopathie, celle de bons et de mauvais sucres. Les bons sucres sont ceux que la nature nous donne tels quels (comme la pomme de terre) et les mauvais sont plutôt ceux trafiqués par l’être humain (comme le Nutella). Dans ce cas là, la notion de bons et mauvais sucres est plus facile à comprendre et à saisir.

M : Exact. Ça relève de la logique également.

Mais alors, revenons-en à la pomme de terre. Certes, elle est naturelle mais elle fait quand même bien élever la glycémie. Beaucoup la déconseille. Qu’en dites-vous, peut-on en manger ou pas ?

V : À mon avis, oui. Je n’ai pas vraiment d’expériences avec des personnes voulant maigrir mais je n’ai jamais remarqué ni entendu dire que les pommes de terre faisaient grossir, peu importe leur mode de cuisson. Je me souviens avoir lu dans un livre du Docteur Valnet que les pommes de terre n’avaient jamais fait grossir personne. Ce n’est donc pas quelque chose que je déconseillerais à quelqu’un qui prend facilement du poids. Bien sûr, je ne parle pas des frites !

L’IG appelle à l’insuline. Alors, si on veut être très puriste ou être sûr, il ne faudrait pas en manger (car du coup, c’est vrai, la pomme de terre augmente la sécrétion d’insuline puisqu’elle élève la glycémie). C’est comme le miel et les dattes qui ont un IG élevé.

Mais il n’y a pas de règles mathématiques. Tout le monde vient avec un avis différent sur l’IG parce que ce ne sont que des données et qu’il faut ensuite les interpréter par rapport aux gens. Chaque personne réagit différemment, certains digèrent bien les pommes de terre tandis que d’autres ne peuvent pas en manger, par exemple.

Quoi utiliser à la place du sucre blanc ?

M : Justement, vous avez parlé du miel et des dattes. J’essaye de trouver des recettes de gâteaux, biscuits, desserts sans sucre. La plupart du temps j’utilise des fruits pour sucrer mes préparations mais, parfois, ça reste quand même assez fade. Je cherche donc des alternatives au sucre blanc autres que les fruits.

Certains utilisent du miel, des dattes, de la stévia ou encore du sirop d’agave mais, pareil, on trouve des avis pour et des avis contre. On ne sait plus quoi faire ! Dans votre livre, vous, vous les classez dans les bons sucres.

V : Le miel et les dattes sont naturels donc, pour moi, ce sont des possibilités.

Un des défauts que l’on reproche au miel c’est d’être acidifiant. Mais ce n’est pas cela qui empêche les personnes à perdre du poids.

Les édulcorants naturels sont composés de sucre mais aussi de tous leurs nutriments.

Par exemple, il y a le sucre complet/intégral. C’est l’ancêtre du sucre blanc mais, comme il a tous ces nutriments (vitamines, minéraux), c’est un bon sucre. Le problème c’est qu’il a un goût prononcé et cela ne plait pas à tout le monde. Mais c’est légitime de l’utiliser.

Concernant le sirop d’agave, il y a effectivement des avis pour et des avis contre. Mais cela dépend aussi de la qualité du sirop. Quand il est de très bonne qualité, ça passe. Mais, ce qui est vendu est souvent de mauvaise qualité. La quantité de fructose et glucose est très différente et, en plus, il y a des produits chimiques. Malheureusement, comme ça vient de loin, c’est difficile de contrôler.

La stévia vient d’une plante donc, oui, on peut l’utiliser.

Il y a aussi la mélasse noire. Elle est pleine de minéraux et de vitamines donc c’est un sucre légitime. Mais elle a aussi un goût particulier. Il faut aimer. Tout dépend également des autres ingrédients utilisés, cela peut jouer sur le goût. Il faut essayer.

La question est ouverte. Mais c’est vrai qu’avec les arguments qu’on entend de chaque côté, il peut être compliqué de savoir quoi utiliser.

M : Et le sucre de coco ?

V : je n’ai pas d’expérience avec le sucre coco. Mais c’est un sucre avec des vitamines et minéraux. Cependant, je ne pense pas qu’il ne soit très bon marché non plus donc vaut mieux l’utiliser ponctuellement.

M : De toute évidence, le miel, les dattes, le sirop d’agave ou la stévia sont des produits naturels. Ils sont donc meilleurs que le sucre blanc raffiné ?

V : Ah oui, nettement mieux ! Le sucre a tous les défauts que l’on veut.

Donc oui, on peut utiliser ces édulcorants naturels pour ce genre de préparations. Mais plutôt ponctuellement que régulièrement, car ils sont quand même très concentrés en sucre.

M : Et les édulcorants de synthèse ?

V : Il s’est avéré que le corps supporte très mal les substances chimiques tirées de ci et de ça, les substances de synthèse, trafiquées, dénaturées. Les ouvriers qui travaillent dans les usines qui les produisent sont malades. Ils en reçoivent par la peau, ils les respirent en grande quantité…

Un naturopathe comme moi les déconseille totalement, bien évidemment.

Les jus de fruits

M : On commence aussi à entendre des avis contre les jus de fruits. Qu’en dites-vous ?

V : Quand on mange une pomme il y a toutes sortes de fibres qui, comme un filet,  retiennent le sucre. Mais quand on fait du jus, les fibres restent dans la centrifugeuse donc le jus et le sucre entrent très vite dans le sang, ce qui fait monter la glycémie fortement.

En général, pour quelqu’un qui veut maigrir ce n’est pas l’idéal. Même si, encore une fois, cela peut dépendre des gens.

M : Et les smoothies ?

V : Les smoothies sont des fruits entiers broyés donc on ne leur extrait rien. Ils ont toutes leurs fibres et ces fibres freinent l’absorption du sucre. Les smoothies sont donc meilleurs que les jus.

On peut aussi les faire avec des légumes car certains légumes ont des sucres mais en petite quantité. On peut faire des mélanges fruits/légumes ou seulement légumes. C’est moins sucré mais tout autant agréable à boire.

M : Les légumes, de toute façon, n’ont aucun défaut ?

V : Les légumes ont des vitamines, des minéraux, beaucoup de fibres. Ils occupent ainsi le tube digestif et remplissent l’estomac. Mais au fond, ils ne nourrissent pas beaucoup. Enfin, je veux dire par là qu’ils n’ont quasiment pas de glucides ni de graisses. C’est pour cela que quelqu’un qui veut perdre du poids mange beaucoup de légumes. Ils apportent un sentiment de satiété jusqu’à un certain point sans qu’ils ne fassent prendre de poids.

Les étiquettes des produits industriels

M : J’ai rédigé un article au sujet des étiquettes nutritionnelles dans lequel j’explique comment les déchiffrer et détecter le sucre caché.

Il y a, cependant, quelque chose que je veux clarifier : le fameux « glucides, dont sucres ».

Parfois, on ne trouve pas de sucres dans la liste d’ingrédients mais il y en a quand même quelques grammes quand on regarde la ligne « dont sucres ». Ces sucres, sont-ils bien les sucres naturellement présents dans l’aliment ?

V : Cela veut dire que c’est un produit qui contient de l’amidon. Il y a différentes sortes de sucres, bien plus que ce qu’on entend. L’amidon est un sucre complexe, composé de pleins de glucoses ensembles. Ce n’est pas du sucre comme le saccharose, le fructose, le glucose ou le lactose qui sont des sucres simples car composés que d’une ou de deux molécules. Quand on parle des farineux (de la pomme de terre, des céréales,…), on parle d’amidon.

Un seul conseil

V : Les produits industriels, il faut les éviter.

Quand on lit des livres sur la santé, les auteurs donnent tous une liste des choses à éviter. Et, à chaque fois, cette liste comprend tout ce que les hommes ont produit ! Si on n’avait pas abandonné les produits naturels, on aurait nettement moins de problèmes.

Il faut revenir à ce que la nature a prévu pour nous, ce qu’elle a prévu que nous mangions.

Il faut arrêter de manger ces aliments que les industries fabriquent, ces produits avec toutes sortes de mélanges. Ils les vendent plus chers et utilisent des substances pour conserver les produits. De plus, ce sont des produits addictifs. Ils y mettent suffisamment de sucre, de graisses et de sel et cela nous pousse à en manger davantage, nous sommes toujours attirés pour plus.

Ce qui n’est pas le cas avec les aliments naturels : quand on en mange assez, après, on n’en veut plus. On sait s’arrêter.

Le mot de la fin sur la perte de poids

V : L’alimentation est un facteur important. Mais, le corps doit brûler les graisses. C’est comme un moteur, il doit être allumé en permanence. C’est pour cela que l’exercice est important. Les dépenses doivent être assez élevées pour qu’une personne brûle ce qui est en trop. Si le corps reçoit plus que ce qu’il brûle, il prend du poids. Donc il faut augmenter les combustions. On est trop sédentaire de nos jours. Il faut ajouter des petites activités physiques à son quotidien.

Le froid peut aussi aider à maigrir car le corps va se protéger du froid en se réchauffant. On peut donc aller se promener quand il fait froid, faire de la natation dans l’eau fraîche ou encore prendre des douches froides.

Perdre du poids est plus compliqué qu’on ne le pense. Certes, l’alimentation joue beaucoup. Ccependant, il faut aussi tenir compte du métabolisme de chaque personne car deux individus peuvent réagir différemment face à tel ou tel aliment.

Je remercie encore une fois Mr Vasey pour le temps qu’il m’a accordé et les réponses à ces quelques questions qui, j’espère, vous aideront à mieux comprendre l’univers du sucre et de la perte de poids.

Consommez au maximum ce qui est naturel, non transformé et plein de nutriments. Mais, gardez en tête que ces conseils, que la plupart des experts donne, sont des conseils généraux, de base. Selon notre métabolisme et le fonctionnement de notre pancréas à produire de l’insuline (pour s’occuper du sucre), on pourrait avoir à ajuster notre alimentation un chouia plus.

 

Photo by Filip Mroz on Unsplash

 

 

 

Partagez!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réponse à « Sucre : questions/réponses avec le naturopathe Christopher Vasey »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.