Photo par Ryan McGuire

Evénement inter-blogueurs lancé par Matthieu du blog vivre-ses-emotions ! Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est un événement qui permet de réunir des blogueurs autour d’un même sujet afin que chacun y expose son point de vue selon son expérience.

Découvrez ici ma participation à l’événement sur le sujet “le déclic qui a changé ma vie”.

Aujourd’hui, Matthieu souhaite connaître les astuces de chacun pour ne pas devenir fou face à nos émotions 🙂

Le sujet :

“Qu’est-ce que je mets en place dans ma vie pour être plus fort émotionnellement ?”

 

Pour les intéressés, Matthieu a réunit les articles de chaque participant dans un livre PDF que vous pouvez découvrir en cliquant ici (clic gauche pour l’ouvrir ou clic droit puis “enregistrer sous” pour le télécharger). Lecture intéressante garantie ! 

Je vous l’accorde, ce sujet n’est pas réellement en rapport avec le thème de mon blog (quoi que gérer ses émotions peut aider à la perte de poids !) mais vu que Matthieu m’a gentiment proposé d’y participer et que j’ai de quoi en dire un minimum, je me lance ! 

Émotive, moi ? Nah ! OK, il m’arrive d’être un tantinet triste, d’avoir peur, d’être stressée, embarrassée et même d’être un chouïa énervée (vraiment un chouïa !). Certains proches diront que je suis caractérielle. Mais il m’arrive aussi d’être de super bonne humeur et de péter le feu ! Si, si je vous jure !

En fait, comme tous, pendant ces moments de colère, de stress ou de joie, je suis envahie d’émotions. Ces dernières n’arrivent pas, en général, d’un coup d’un seul sans raison : une situation donnée est souvent à l’origine de nos émotions.

Cependant, la façon dont nous gérons ces émotions est très importante. Parce que, oui, nous pouvons les gérer.

Je ne suis pas experte en la matière et je ne le fais pas à la perfection, loin de là ! Mais j’ai appris que l’esprit pouvait être contrôlé afin de ne pas nous laisser influencer par celles-ci, permettant de vivre plus en harmonie avec soi-même, en trouvant une sorte de positivité intérieure. Parce que lorsqu’on ressent une émotion négative peu agréable, on n’y réagit pas souvent de la bonne manière, ce qui ne fait qu’amplifier notre négativité.

Je vais donc, ici, tenter d’expliquer ma façon de gérer mes émotions négatives.

Commençons brièvement par un peu d’histoire.

Avant, je me laissais submerger ou abattre par mes émotions

★ il m’arrivait, parfois, de prendre une mauvaise décision au moment où je ressentais une émotion négative. En effet, lorsqu’on est en colère (ou même quand on est content), il nous arrive de réagir par une action. C’est notre façon de répondre à notre mal-être (ou notre bien-être). Mais, sous l’influence d’une émotion négative, nous agissons souvent négativement. Qui n’a pas, dans un moment de colère, dit des mots blessants à une personne et les a regretté une fois l’orage passé ? Ou qui n’a pas regretté d’avoir englouti tant de malbouffe lors d’un moment de déprime ?

★ ou alors, je tentais d’ignorer mes émotions. Dès que je ressentais une émotion négative, j’essayais de la camoufler, de faire comme si elle n’existait pas, de l’enfouir au plus profond de moi. Mais les ignorer, c’est les remettre à plus tard… car elles resurgiront… et en force !

★ enfin, il m’arrivait de ressentir de la haine envers moi-même. Par exemple, lorsque je ressentais de la honte ou de l’embarras, mon esprit se remplissait de négativité. Je me sentais fautive de mon état émotionnel : il fallait bien un coupable dans cette situation désagréable. Je nourrissais donc ma négativité par de la négativité… évidemment, ça n’aidait pas. Un vrai cercle vicieux.

À l’époque, pour moi, l’esprit, les émotions… tout ça était très abstrait. Je pensais que l’esprit ne pouvait pas être contrôlé, que si on ressentait telle émotion intérieurement, c’était comme ça, qu’on ne pouvait rien y faire. Je pensais qu’on ne pouvait contrôler que ce qui était physique, « réel » (tous ces spirituels là, quelle bande de barjots !).

Mais ça c’était avant.

Avant ce fameux stage effectué en Indonésie en janvier 2016. Pendant 10 jours, j’ai vécu dans un centre dans lequel j’ai appris les pratiques de la méditation indienne Vipassana . Lors de ce stage, nous n’avions aucun contact avec l’extérieur et nous avions la ferme interdiction de parler à qui que ce soit, ni à nous-même (oui, pendant 10 jours !). Je vous avoue que lors des premières séances de méditation, je me suis demandée à plusieurs reprises ce que je faisais là ! Mais au final, se fut une expérience, certes peu ordinaire, mais très enrichissante. Au fil des jours, tout devient plus clair. On nous apprend à contrôler notre esprit face à nos émotions et sensations internes, principalement les mauvaises, et l’entraîner à de ne pas y réagir.

En général, lorsque l’on ressent un sentiment de colère, on se tourne tout de suite vers ce qu’on pense être la cause directe de notre colère (une personne, par exemple, ou soi-même, hein Laura) puis on l’accuse de notre état émotionnel. Or, notre réaction intérieure face à cette émotion est l’élément sur lequel il faut se focaliser et contrôler. C’est ce que ce stage m’a fait comprendre. Tout réside dans la façon dont NOUS réagissons à telle ou telle situation externe.

Comme je le disais au départ, avant, je réagissais très mal à mes émotions : soit je prenais une (mauvaise) décision sur le champ, soit j’essayais d’enterrer mes émotions, ou soit je les nourrissais d’encore plus de négativité.

Mais alors, concrètement, comment gérer nos émotions négatives ?

Dès qu’une émotion apparaît, elle se manifeste physiquement : frissons, sueur, chaleur, tremblements, respiration accélérée, boule au ventre, gorge nouée, etc… Il faut donc, à ce moment, observer les sensations physiques que celle-ci nous fait vivre sans y réagir (tiens coucou émotion !). Plus facile à dire qu’à faire, certes, c’est une technique à apprendre mais loin d’être difficile.

En fait, en observant cette émotion, on ose l’affronter et l’accepter. On se rend compte alors qu’elle n’est que de passage, souvent de courte durée, et qu’elle disparaît d’elle-même.

Il faut donc :

★ se rendre compte de l’émotion qui nous traverse

★ s’arrêter et la ressentir réellement en observant les sensations physiques qu’elle apporte

★ ne pas y réagir (surtout ne pas ressentir de haine envers elle) et l’accepter en se disant qu’elle fait partie de nous

★ respirer profondément et lentement quelques secondes/minutes

★ laisser l’émotion faire son affaire et la voir disparaître (tchao émotion négative !)

Nous ne sommes alors que des observateurs neutres, c’est tout.

Bien évidemment, pour que cette pratique soit totalement effective et pour que notre esprit devienne un expert dans la gestion de nos émotions et nous guérisse de toutes négativités, il faut pratiquer cette technique sur le long terme.

À mon grand regret, je ne l’ai pas continuée et ce, malgré mes promesses et engagements (grrr…). Mais j’en ai quand même tiré des bénéfices et ai gardé un peu de pratique. Je sais qu’il est possible de contrôler son esprit afin de connaître la paix intérieure. Le fait de savoir que je peux les identifier et les contrôler m’aide dans mon quotidien. Cela me permet d’être plus forte que mes émotions, de ne pas les laisser dicter ma vie (non mais !). Même si, comme je l’ai dit plus haut, je ne les gère pas à la perfection !

Si vous avez des questions sur la méditation Vipassana, n’hésitez pas à me faire signe ! Je serai ravie de répondre à vos interrogations 🙂

Partagez!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
---here---

One Reply to “Gérer ses émotions, événement inter-blogueurs”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous voulez en finir avec le sucre ? Recevez mon guide gratuitement !

%d blogueurs aiment cette page :