Les fameuses bonnes résolutions : comment les appliquer et surtout, comment les respecter tout le long de l’année ? J’y réponds ici.

Ce présent article et moi-même participons à un événement inter-blogueur lancé par Olivier Roland via son blog Devenez Meilleur.

Pour vous donner un aperçu de l’atmosphère du blog d’Olivier, je vous invite à jeter un coup d’œil à l’article suivant Les 3 principes pour réussir dans tous les domaines de la vie.

L’événement du jour porte sur le thème “votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” (si vous cliquez sur le lien, vous votez pour mon article) 🙂

NB : L’événement est aujourd’hui terminé. Voici l’article récapitulatif de tous les articles sur ce thème (125 blogueurs ont participé !). Ne passez pas à côté de ces 125 astuces pour tenir vos bonnes résolutions ! Il y en a sûrement une qui vous conviendra !

Ma meilleure astuce pour appliquer mes bonnes résolutions

En fait, je n’ai pas d’astuce concrète à donner mais plutôt quelques pistes afin de comprendre pourquoi on ne tient quasiment jamais nos bonnes résolutions et comment y remédier. J’espère tout de même que cela vous aidera à les appliquer (cette fois-ci) !

Trop fastoches les bonnes résolutions !

Évidemment, c’est une blague. Tenir une bonne résolution n’est pas chose aisée et vous le savez sans doute déjà. « 88% des résolutions de la nouvelle année échouent » (selon une étude menée par Richard Wiseman en 2007, source Wikipédia). Mais, si tant de personnes échouent chaque année, c’est qu’il y a une raison. Une raison commune à tous.

L’échec ne réside pas dans la capacité. On est tous capable de réaliser des tas de choses. Il réside plutôt dans l’état d’esprit : tout se joue dans la tête !

On le sait que trop bien, notre tête peut être victime de conflits très tendus entre la voix de la raison et son opposé… la voix du mal (ooouuhh!!!). Et bien souvent, c’est cette dernière qui gagne le combat. Mais alors, comment faire vainqueur notre voix de la raison afin d’appliquer nos bonnes résolutions et atteindre nos objectifs ?

Ce qu’il nous faut c’est de la volonté.

Volonté, détermination, motivation sont des qualités mentales que nous avons tous en chacun de nous. Le problème, c’est qu’on ne les entraîne pas assez (voire pas du tout) et que, du coup, ces qualités sont trop faibles pour qu’on tienne nos engagements sur le long terme.

Il faut donc la booster la cocotte : travailler sa volonté d’arrache-pied pour réussir !

Le temps et la vie, ces ennemis

En général, on débute la nouvelle année avec une patate d’enfer ! Nos résolutions, on va les tenir, on est super déterminé, rien ne peut nous arrêter ! Sauf que le temps peut vite devenir notre ennemi et faire de l’ombre à nos bonnes intentions. Le mental ne suit généralement pas si longtemps et le manque de résultats apparents n’aide pas.

On peut nous donner tous les meilleurs conseils et astuces du monde, mais il est certain que notre patate d’enfer s’estompera peu à peu avec le temps et que volonté, détermination et motivation des débuts disparaitront.

Et ce n’est pas tout.

On omet souvent de nous dire que notre chemin vers nos objectifs sera incontestablement semé d’embûches. Ces embûches nous bloquent le passage et nous donnent l’envie d’arrêter.

Il y aura des jours où on n’aura pas du tout envie de faire ce qu’on s’était engagé de faire, des situations qui nous démoraliseront et nous feront commettre l’irréparable (ou ce qu’on pense être l’irréparable), des épreuves qui nous dévieront totalement de nos objectifs.

« La vie n’est pas un long fleuve tranquille ».

Non, la vie est plutôt pleine d’obstacles qui rendent difficile la tenue de nos engagements, pourtant si bons. Ce qui nous démotive, nous démoralise, nous fait abandonner puis culpabiliser et, éventuellement, remettre ça à l’an prochain.

Or, c’est surtout dans ces moments là qu’il faut s’accrocher et redoubler d’efforts !

Patience et travail

L’atteinte d’un objectif, quel qu’il soit, ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut du temps. De même, cela ne se fait pas en un claquement de doigts. Bien souvent, cela demande du travail.

Des efforts, du travail, de la patience en simultané avec les tracas de la vie quotidienne, cela paraît si compliqué !

Et ça l’est.

Vous voulez arrêter de fumer ? Vous déshabituez de vos moments “clopes” prendra du temps et le manque se fera vite sentir. Non, ce ne sera pas facile.

Vous souhaitez perdre du poids ? Si vous faites ce qu’il faut faire, certes vous perdrez vos kilos doucement,  mais sûrement. Vos changements d’habitudes, de comportements, votre adaptation au monde qui vous entoure ne seront pas non plus évidents au départ et vous éprouverez des difficultés de temps à autres. De plus c’est un mode de vie et non pas l’histoire de quelques mois.

Vous désirez retrouver la forme ? Le sport n’est pas non plus un passe-temps de quelques semaines. Comme une bonne alimentation, l’activité physique est un mode de vie. Régularité, travail et patience sont de rigueur, surtout si vous rêvez d’une silhouette précise.

NB: je donne ici des exemples de bonnes résolutions liés au thème de mon blog (et parce que ce sont celles que l’on trouve en tête de liste chaque année), mais ces aspects peuvent s’appliquer à toute autre résolution,  évidemment.

Après une multitude de tentatives de bonnes résolutions et beaucoup d’abandons, une chose que j’ai compris, c’est bien celle-ci : rien ne se fait maintenant tout de suite, ni sans travail, ni sans difficultés.

Comment je suis parvenue à tenir mes bonnes résolutions

L’année 2016 fût la première année de ma vie où je réussis à tenir ma bonne résolution : arrêter de fumer. Puis, cette année 2017, je décidai de manger sainement, perdre du poids et me remettre au sport pour de bon. Même si je ne les voyais pas comme des « résolutions » mais plutôt comme un changement de vie à part entière.

Voici donc ce qui m’a aidé :

★ Les échecs du passé font les réussites de demain

Je pense que le nombre élevé de tentatives du passé suivi du nombre élevé de déceptions dû à tous mes échecs, m’ont permis de dire « stop ». Stop à l’abandon qui nous blesse.

Lorsque l’on prend une bonne résolution, on s’engage envers soi-même, on se fait une promesse. Mais, si on ne tient pas cet engagement, on se fait du mal : la partie de nous à qui on a fait la promesse de réussir se retrouve déçue. On perd alors une sorte d’estime de soi, de confiance. On va même jusqu’à se dévaloriser (bonne à rien!).

Le mal-être acquis toutes ces années m’aida lui aussi à ne plus vouloir revenir en arrière et faire les mêmes erreurs. Je ne voulais plus de ce mal-être comme je ne voulais plus du ressenti d’après abandon.

Mon expérience passée me permis d’avancer.

★ Pourquoi ?

Pourquoi est-ce que je veux atteindre cet objectif ?

Dans mon cas, la première raison fût la santé. Je ne voulais plus la risquer.

Cette raison doit nous tenir à cœur et représenter nos valeurs les plus profondes. Elle doit être si importante à nos yeux qu’elle nous aidera à nous relever en cas de chute pendant notre périple.

Si notre bonne résolution touche notre santé, la raison devient vitale et il n’y a rien de mieux pour tenir sur le long terme. La santé est une des meilleures raisons.

Mais, même si notre raison n’est pas d’ordre vitale, à partir du moment qu’elle a son importance justifiée, elle jouera un rôle sur notre santé mentale et notre bonheur intérieur. C’est tout aussi important.

Prendre conscience de ce qu’une action, un choix, un changement, peut nous apporter concrètement, c’est une des clés de la réussite.

★ Renforcement mental

Enfin, je me suis entraînée mentalement à résister aux difficultés mais sans pour autant me faire trop violence.

Auparavant, dès qu’un obstacle me barrait le chemin, je lui cédais. Fatigue, moral à plat, flemme aiguë, tristesse, mauvaise humeur, envies subites, manque de volonté… tant de si bonnes raisons pour me goinfrer de malbouffe, ne pas faire ma séance de sport, ou aller fumer.

Aujourd’hui, dès que je croise le chemin d’une difficulté, je m’efforce de lui passer au-dessus. Il y a eu des moments où je n’avais pas du tout envie de suivre ce que je m’étais engagée de faire (ou de ne pas faire). Mais, c’est à ce moment là qu’il faut s’armer d’une résistance hors norme sans trop réfléchir.

Ce n’est pas si évident, je vous l’accorde. Mais plus on pratique la résistance, plus ça devient moins difficile (je pense que ça ne sera jamais facile). À l’inverse, plus on cède à la moindre contrariété, plus on est voué à l’échec total car on affaiblit notre mental.

Attention, je ne me donne jamais trop la pression. Si j’échoue à esquiver la difficulté une voire deux fois, je ne reste pas à terre mais je me relève au plus vite. Il ne faut surtout pas abandonner dès la moindre erreur. C’est aussi à ce moment-là qu’il faut tenir bon !

On ne fait jamais du sans faute. Des fautes, on en commet tous. Un imprévu, une occasion, un souci et hop ! on ne fait pas ce qu’on avait prévu de faire pour atteindre notre objectif et on le remet au lendemain.

Un vrai empêchement peut être une bonne excuse. Mais les excuses à deux balles (fatigue, moral raplapla, “manque de temps”) sont les excuses d’une ou deux fois. Plus de deux fois consécutives, c’est l’abandon et l’échec total presque garantis. Et ça, je ne le savais que trop bien de part mes échecs passés.

Mes conseils

Pour vous aider à y voir plus clair, écrivez les réponses aux questions qui suivent sur papier.

★ Vos ressentis : présent, passé, futur

Regardez votre situation : que ressentez-vous aujourd’hui ? Quelles conséquences vous apportent vos actions et vos choix ? Voulez-vous continuer à les subir ?

Pensez à vos échecs passés. Quels sentiments vous ont-ils apportés ? Voulez-vous refaire les mêmes erreurs ?

Réfléchissez à ce que la réussite de votre objectif vous apporterait. Quels bénéfices rencontreriez-vous ? Visualisez le nouveau « vous » dans quelques mois, dans un an. Qui voyez-vous ? Que ressentirez à ce moment ?

★ Posez-vous la question « pourquoi ? »

Pourquoi cette nouvelle résolution ? Quelle importance a-t-elle à vos yeux ?

En quoi changerait-elle votre vie ?

À quel point la voulez-vous ?

★ Renforcez votre mental

Entraînez votre volonté et votre résistance aux difficultés.

Dès que vous ressentez une faiblesse, n’écoutez pas votre voix intérieure qui vous dit d’y céder. Faites ce que vous devez faire pour poursuivre vos objectifs sans réfléchir.

Cette première étape est souvent la plus difficile. Mais une fois ce cap passé, cela devient plus aisé.

★ Soyez indulgent(e) avec vous-même

Vous avez fait une erreur ? Vous n’avez pas suivi vos bonnes résolutions à la lettre ?

Pas d’inquiétudes, relevez-vous et reprenez le bon chemin.

Ne vous dites pas « j’ai tout gâché, je reprendrai l’année prochaine » Non ! On ne gâche jamais aucun effort.

Remémorez-vous votre “pourquoi” et reprenez maintenant !

★ Soyez patient(e)

Les résultats n’apparaîtront pas d’un coup d’un seul ni en un rien de temps.

Faites confiance au processus et à vous-même.

★ Prenez de sérieux engagements avec vous-même

Donnez-vous rendez-vous (notez-le dans votre agenda) pour accomplir vos bonnes actions et soyez présents à chaque rendez-vous, comme s’ils étaient impératifs (ils le sont d’ailleurs !).

Ménagez votre quotidien pour y implanter ces nouvelles actions. Elles doivent entièrement en faire parties et non pas être accomplies seulement quand vous avez le temps.

Ne vous posez pas de lapin. Vous savez à quel point cela peut énerver. Pourquoi vous feriez-vous subir cela ?

★ Comprenez que c’est une aventure

Ce ne sera pas facile et il vous faudra beaucoup de patience et de travail.

Prenez conscience que cette niac qui boue en vous, là maintenant tout de suite, ne sera pas toujours présente. Elle vous lâchera par moments et cela vous fera peut-être fauter, ou vous donnera l’envie d’abandonner.

C’est normal mais cela ne doit en rien vous stopper.

Avant de vous lancer, il est donc impératif de vous préparer mentalement à accepter le temps, le travail et les difficultés, et de les comprendre.

Il n’y a pas de secret

Personne d’autre que vous ne peut atteindre vos objectifs. C’est vous et vous seul qui en êtes capable comme c’est vous et vous seul qui avez le choix d’arrêter (sauf cas de force majeure, bien sûr).

Mais réalisez ceci : les plus belles victoires ne sont généralement pas les fruits de parcours sans obstacles (ce serait bien trop facile !).

Préparez-vous psychologiquement en amont puis démarrez avec le bon état d’esprit : fort, volontaire et engagé. 

À vos bonnes résolutions 2018 (et des années à venir) et, ensemble, faisons baisser le pourcentage d’échecs !

 

Crédits photo : Ryan McGuire

Partagez!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous voulez en finir avec le sucre ? Recevez mon guide gratuitement !

%d blogueurs aiment cette page :