La sortie de votre zone de confort se fera par ici !


À la une, Parlons peu, parlons bien /

Heu… c’est quoi « la zone de confort » ?

C’est tout simplement notre petit confort à nous, notre quotidien tant dans la vie personnelle que professionnelle et tant « physique » que psychologique.

On imagine souvent la zone de confort comme un cercle dans lequel sont regroupés nos habitudes, nos routines, nos compétences, nos connaissances mais aussi nos comportements et nos façons de penser.

Habitudes alimentaires, passe-temps, relations, rituels matinaux, activités (travail et maison), moyens de transports habituels, sujets de discussions, amis, famille… forment notre zone de confort.

Toutes ces choses on les connaît bien, ce sont les nôtres, elles font parties de nous, de notre vie. C’est pour cela qu’on appelle ça la zone de « confort » car on y est confortablement installé : tout y est acquis et on y maîtrise chaque aspect.

On a tous une zone de confort différente, propre à chacun, et bien définie selon nos propres capacités, nos propres envies, nos propres rituels. Des choses que l’ont fait régulièrement, si ce n’est quotidiennement.

Ben, pourquoi tu veux qu’on sorte de notre zone de confort ?

Oui, pourquoi d’abord ? Laisse-nous tranquille, on y est bien nous !

Ah ça, je veux bien vous croire. C’est sûr qu’on y est bien dans notre petit confort : on maîtrise tout sur tout, pas de surprise puisque tout est déjà acquis, rien ne peut nous déstabiliser (à part un évènement extérieur). On a une sorte de pouvoir, une autorité, un contrôle sur notre quotidien. Bref, on gère gra-vi-ssi-mo !

Ce confort vous convient, ou alors vous pensez qu’il vous convient, ou vous vous persuadez qu’il vous convient (oui je pourrais aller encore loin comme ça) parce que, de toute évidence, c’est tout ce que vous connaissez. Choisie ou imposée, c’est votre vie, c’est comme ça, vous l’acceptez !

Attention, je ne dis pas que votre confort craint ! Comme je l’ai dit, on en a tous un différent donc je ne peux pas connaître le vôtre. Il est d’ailleurs possible que vous vous y sentiez vraiment bien et épanoui (quoi ?? Être heureux dans sa vie c’est possible ??? Wouhou !!!). Si c’est le cas, tant mieux pour vous 🙂

Mais soyons réalistes, vous en connaissez combien de gens totalement satisfaits de leur vie ?

Posez-vous ces questions : suis-je réellement heureux(se), épanoui(e) ? Mon confort est-il vraiment… confortable ? Ou, est-ce que je m’en contente parce que je pense que je ne peux pas le changer ou que je ne peux pas faire mieux ?

Rêvez-vous ?

Mais même si vous êtes heureux(se), n’avez-vous pas des rêves ? N’avez-vous pas des envies ? Des passions que vous aimeriez exploiter ? Votre routine ne vous ennuie-t-elle pas ? N’avez-vous pas besoin de vous rebooster en faisant quelque chose de nouveau et d’excitant ? Ne voulez-vous pas respirer la joie de vivre ? Ou changer personnellement ?

Il y a une infinité de rêves ou envies possibles. Des plus communs comme voyager, vivre à l’étranger, se pavaner sur la plage d’une île paradisiaque, ou encore créer sa propre boîte, devenir chanteur, apprendre une langue étrangère ou à jouer d’un instrument. Il y a aussi des projets un peu plus « fous » comme gravir le mont Everest, sauter en parachute ou encore sauver et élever des hérissons (c’est un vrai métier !).

Nous avons aussi des envies d’accomplissement personnel : perdre du poids, avoir un corps musclé, être plus intelligent, plus sociable ou moins introverti. Trouver l’amour, se faire des amis, être simplement plus heureux(se) et trouver un sens à sa vie.

Tous ces rêves, ces envies, ces désirs sont motivants… et seulement à quelques pas ! En effet, ils se trouvent juste en dehors de notre zone de confort, en dehors de notre cercle à nous qu’on aime tant (ou pas).

Pour y accéder, il faut donc en sortir !

Attention par ailleurs, je ne vous dis pas de SORTIR de votre zone de confort pour la QUITTER à tout jamais ! Non. Elle vous appartient et vous êtes libre d’y rester et d’y retourner autant que vous le souhaitez, surtout si elle vous plaît. Sortir de sa zone de confort ne veut pas non plus dire entrer dans une zone « d’inconfort » On parle d’aller explorer d’autres possibilités, de nouveaux horizons, afin d’AGRANDIR votre zone de confort.

Mais pourquoi, oh grand pourquoi, on ne sort pas de notre zone de confort ?

On connaît tous une personne (c’est peut-être même votre cas) à qui le quotidien ne convient pas ou plus : soit elle n’est pas épanouie au travail soit pas épanouie dans sa vie personnelle… ou les deux ! Mais malgré ça, elle ne fait rien pour le changer. Ben oui, même si notre quotidien nous dégoûte, c’est le seul qu’on connaisse. Il nous rassure, on s’y sent en sécurité. Et puis, bon, y’a des moments où notre vie n’est pas « trop » mal !

Comme je l’ai dit, à l’extérieur de notre bulle, s’étend un vaaaaaste champ de possibilités, d’innombrables choses nouvelles auxquelles nous sommes étrangers. Mais aïe ! C’est là que ça coince… c’est EN DEHORS de notre zone de confort… Aaaahhh !!! Panique à boooord !!!

Peu importe notre désir, peu importe notre attirance pour ces choses, on ne fait rien pour les atteindre. Mais pourquoi donc ? (Ddîtes-moi pourquoi ??!!).

On en a peur !

Et oui, on a les chocottes (si, si !). Sortir de sa zone de confort c’est ne plus avoir le contrôle. On met le pied dans une zone étrangère qu’on ne connaît pas et dans laquelle il va falloir apprendre. Apprendre de nouvelles choses tel un débutant. On s’y sentira si petit… Au secooouuurs, ramenez-moi dans ma zone à moi où je suis le boss incontesté !!!

Pourquoi entendez-vous tant de personnes se plaindre de leur boulot, vous dire à quel point elles le détestent mais continuent quand même de le faire ? Parce qu’elles aiment souffrir, à votre avis ? Non, elles ont simplement peur de le quitter.

Mais peur de quoi exactement ?

Justement, peur de perdre leur boulot, peur des risques (financiers entre autres), peur de ce qu’elles trouveront à la place ou peur de rien trouver d’autre. Elles ont aussi peur du regard des autres, ce qu’ils vont en penser, peur des réprimandes ou des jugements.

♣ On part négatif(ve) d’entrée.

On manque de confiance en nous, on ne se sent pas capable de trouver autre chose, on ne pense pas pouvoir y arriver. Le scepticisme nous engloutit alors tout entier : on ne croit pas en la possibilité de changer ou on pense que la vie n’a rien de meilleur pour nous dans sa réserve.

Et puis, on ne nous conseille pas d’en sortir de notre zone de confort. « Moi, j’te dis, garde ton CDI ! On sait c’qu’on perd mais on sait pas c’qu’on trouve ! ». On ne pense qu’aux risques, qu’à l’éventuel échec et non à ce qu’on pourrait y gagner, au succès…

♥ « Pfff, c’est du boulot ! »

Ben oui, faire quelque chose de nouveau c’est apprendre, fournir des efforts, il faut y mettre du sien, réfléchir. Dur dur pour les petits feignants que nous sommes ! Dans notre zone de confort, au moins, on a plus rien à faire, tout est acquis !

Et puis, on a tendance à penser ou espérer (profondément dans notre petite tête) que des jours meilleurs viendront. Avec un peu de chance, un jour, tout s’arrangera comme par magie. Si on pouvait miraculeusement tout recevoir sur un plateau. Ah ! Ce serait tellement plus simple !

♦ On ne nous a pas appris à rêver.

Depuis tout petit, on nous rabâche qu’il faut suivre ses études puis trouver un boulot et participer à la joyeuse spirale du métro-boulot-dodo (tous ensemble !). Ados, on doit impérativement trouver « notre voie »… Mais, comme c’est souvent le cas à un si jeune âge, on ne sait strictement pas ce qu’on veut faire, ni de quoi on a envie.

On ne nous dit pas de rêver. Pire, on nous dit d’arrêter de rêver ! Du coup, un rêve reste un rêve éternellement. On le pense inatteignable, impossible à réaliser. Le succès n’appartient qu’a une petite partie des plus chanceux de cette terre. « Ah si je pouvais… » dit-on souvent.

On vit donc plus ou moins misérablement parce qu’on pense qu’il n’y a pas d’autre issue et qu’on est destiné à cette vie… ignorant qu’en fait, tout est possible.

« Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse. » Nelson Mandela

Il y a différentes sortes d’actions à faire en dehors de sa zone de confort, des actions plus ou moins effrayantes qui amènent toutes, sans exception, à un sentiment de panique. C’est vrai.

Par exemple, quelqu’un de timide reste cacher dans sa zone de confort : il ne parle pas, il reste dans son coin et évite tout contact social. Parler en public, adresser la parole à un inconnu ou simplement donner son point de vue, feront parties des actions en dehors de sa zone de confort, des actions qui le tétaniseront d’abord mais qui lui permettront de vaincre sa timidité petit à petit, s’il décide de se lancer.

Puis souvent, en faisant ce fameux premier pas en dehors de notre zone de confort, on se rend vite compte que, finalement, ce n’est pas si effrayant.

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. »  Sénèque

Mais en sortir vous apportera TOUJOURS quelque chose

Et je le répète, ce n’est pas que du blabla de grande optimiste spirituelle psychologue à deux balles !!! C’est véritable : sortir de sa zone de confort n’a que des bénéfices !

Des accomplissements

Minimes ou plus grands : une meilleure humeur, un peu de joie, un sens à sa vie, de nouvelles perspectives, un développement personnel, la découverte de nouvelles passions, ou même un rêve réalisé !

Faire quelque chose qui sort de notre ordinaire à nous, c’est excitant, ça donne du piment à la vie !

Quelles sont les chances de se sentir mieux, de changer, de grandir si on reste dans notre bulle ? On l’a dit, dans notre confort, tout est acquis. Il n’y a donc plus rien à y apprendre, on tourne en rond. En essayant rien de différent à nos habitudes (par peur, désespoir, scepticisme ou flemmardise), on bloque l’entrée à d’éventuelles aventures, rencontres ou opportunités.

Je ne dis pas que ce sera facile ni que vous réaliserez tous vos rêves, bien qu’avec de l’ambition et de la détermination sur le long terme on peut arriver à beaucoup de choses. Mais en tout cas, le chemin parcouru en dehors de votre zone de confort, les amis, vous fera grandir ! Toute action minime ou plus risquée, amènera à un accomplissement.

Vous en apprendrez sur vous-mêmes, sur vos capacités et vos limites, vous acquerrez de nouvelles compétences, vous vous construirez intellectuellement. L’expérience du terrain forge l’intellect, ouvre et enrichit l’esprit. Agir pour expérimenter une nouveauté c’est aussi se surpasser. C’est aller au-delà de nos peurs et de nos appréhensions. C’est se battre contre celles-ci et donc gagner en force !

Des bénéfices même si on échoue

Sortir de sa zone de confort, ce n’est pas changer mais c’est se développer, évoluer, même en cas d’échec. Car bien sûr, il est possible d’échouer. On n’a jamais la garantie d’y arriver.

Bien entendu, si l’action nous paraît vraiment risquée, prendre ses précautions en cas d’échec est un prérequis. Ne tentez jamais le diable sans plan B ! De plus, il ne faut pas s’attendre à obtenir les résultats de nos efforts du premier coup.

“Le succès est la somme de petits efforts, répétés jour après jour” Leo Robert Collier

Mais surtout, si vous échouez, n’abandonnez pas ! Persévérez !

Selon ce que vous voulez atteindre, ce n’est pas toujours chose aisée, c’est vrai. Mais cela ne vaut-il pas le coup d’essayer ? On a qu’une vie !!! QU’UNE !

Posez-vous ces questions « Est-ce que je veux passer toute ma vie à faire ce que je fais aujourd’hui ? Est-ce que je veux rester qui je suis ? Puis-je m’améliorer personnellement ? Qu’est-ce que je pourrais faire qui rendrait ma vie plus intéressante ? »

Pensez aux risques mais pensez aussi au succès !

Demandez-vous « et si ça marchait ? » et « pourquoi ça ne marcherait pas ? », « pourquoi MOI je ne pourrais pas y arriver ? »

N’attendez pas que les réponses et le bonheur tombent du ciel car il y très peu de chances que ça arrive.

Mon exemple

Oui, je vais encore parler de moi (qu’est-ce qu’elle est égocentrique celle-là !!).

J’ai toujours ressenti le besoin de faire différemment. Je ne voulais pas suivre cette fameuse directive de notre société moderne, que tout le monde suit. Faire un métier qui ne me passionne pas des masses ? Le faire toute ma vie pour m’assurer une retraite que je ne suis même pas sûre de savourer pleinement ? Heeeeuuuu… vous êtes bien aimable mais…  non merci !

Je me suis longtemps cherchée. Grande timide manquant cruellement de confiance et d’estime d’elle-même, j’ai pris mon courage et mes peurs à deux mains et je suis partie à la quête de moi-même. Je suis partie à l’étranger quelques années, seule, j’ai fait des découvertes, des rencontres, j’ai essayé plusieurs boulots, j’ai exploré quelques domaines qui pouvaient m’intéresser, puis je suis repartie voyager, fait d’autres découvertes et d’autres rencontres.

Puis, un jour, je décidai de me lancer dans le blogging et de m’adonner à une de mes passions (voyez-ici comment). Certes, ça fait peur. Je me suis posée beaucoup de questions avant d’enfin oser, j’ai flairé les éventuelles remarques « un blog ?! Mais c’est pas un vrai métier ça ! », « ah parce que tu penses gagner ta vie avec un blog ? », mais je l’ai fait quand même. Il m’est arrivé de douter de mes capacités à le faire et je savais que ça n’allait pas être de la tarte. Mais je me suis lancée malgré tout grâce notamment à mon goût du risque et parce que je crois que quand on veut, on peut ! Je sais que je n’ai aucune garantie de réussite mais en tous cas, cela me passionne et j’en apprends plus chaque jour, autant sur mon domaine que sur moi-même !

Quelques exemples d’actions à oser faire pour donner un peu de « peps » à sa vie et à son esprit :

★ apprendre à manger sainement (je ne pouvais pas ne pas le mentionner, voyons)

★ s’engager à une pratique sportive (voir les 1001 façons de bouger)

★ lire des livres pratiques (et les mettre en pratique !!!)

★ se confier à quelqu’un, partager ses projets, envies, problèmes ou inquiétudes

★ se lever plus tôt le matin pour consacrer du temps à soi-même

★ sourire

★ démarrer une discussion banale avec un inconnu

★ partir en voyage (en France ou à l’étranger) seul(e), en weekend ou quelques semaines

★ s’engager dans une mission humanitaire

★ parrainer ou faire des dons à des associations

★ faire du bénévolat

se former dans un domaine qui nous passionne (peu importe notre âge !)

★ réfléchir à une voie professionnelle qui nous passionnerait et postuler à un poste dans ce domaine

Une liste loin d’être exhaustive, n’hésitez pas à rajouter des actions en commentaires !! Des actions que vous avez vous-même entrepris ou que vous aimeriez entreprendre. Ça pourrait en inspirer d’autres !

Enfin, posez-vous les bonnes questions. Faites quelque chose de nouveau, de différent, d’inhabituel. Vous verrez ça remonte le moral ! Et qui sait, vous vous découvrirez peut-être une passion, ferez de jolis rencontres et trouverez un nouveau sens à votre vie !

Pour vous motiver encore plus, jetez un coup d’œil à :

Bon, arrêtons les bêtises, notre temps est précieux !

Psst ! Arrêtez de chercher le bonheur, je sais où il se cache !

À vos actions !

Partagez!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réponses à « La sortie de votre zone de confort se fera par ici ! »

  1. Salut Laura,

    Je suis tout a fait d’accord avec toi sur ce sujet, mais attend une seconde, ces principes la m’évoque quelque chose…
    En tout cas super travail.
    Sportivement, et inconfortablement😉,
    Simon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.