Bon, arrêtons les bêtises, notre temps est précieux !


À la une, Parlons peu, parlons bien /

Mais où est passé le fait-maison ?

Commençons par un peu d’histoire mes chers (très courte, je vous rassure) ! À l’époque, principalement avant la révolution industrielle et les grandes guerres, les femmes restaient pour la plupart à la maison. Elles s’occupaient des tâches ménagères et des enfants mais surtout, elles cuisinaient. Quand les hommes partirent à la guerre et que le domaine de l’agroalimentaire commença à s’agrandir, les femmes furent appelées en renfort pour  travailler du fait de la pénurie de main d’œuvre. Du coup, ben, il n’y avait plus personne à la maison pour faire la popote ! Le «fait-maison» commença à disparaître doucement pour laisser place au phénomène de l’alimentation rapide et préparée, qui évolua et se propagea alors très vite.

Les industries agroalimentaires ont bien compris qu’il fallait s’adapter à ces nouveaux modes de vies où travail prime sur la préparation des assiettes. Aujourd’hui, elles sont bien implantées dans le monde et le «fait-maison» a quasiment totalement disparu… et est même méconnu de certains (le « fait-maison » ? C’est quoi ça ?).

C’est vrai, nos boulots nous prennent la quasi majorité de notre temps, sans compter les transports. On n’a plus le temps de cuisiner ni de faire les courses, du coup, on achète des plats tout préparés, à faire réchauffer, des aliments prêts à manger, on commande à emporter, on passe au fast-food, on fait nos courses en ligne… bref, on adopte (et on aime) la rapidité et le pratique. De toute façon, notre génération ne connait que ça puisqu’on baigne dedans presque depuis la naissance. C’est connu, on n’a le temps de rien avec nos emplois du temps de ministres !

On n’a plus le temps mais on a le temps (hein ?)

Prenez un instant et regardez autour du nous. Comparé à l’époque, il faut avouer que, de nos jours, des gagne-temps c’est pas ce qui manque ! Véhicules (de la gyroroue, la plus récente, jusqu’à la voiture, en passant par les trains, métro, bus…), restauration rapide, dernières technologies (téléphones et internet principalement)… ils nous facilitent tous la vie et nous font gagner un temps fou !

Imaginez qu’à l’époque on n’avait pas accès à toutes ces innovations. Certains n’avaient pas de voiture, il fallait qu’ils se déplacent à pieds ou en vélo, on n’avait pas accès à de la nourriture toute prête, il fallait cuisiner soi-même, on ne pouvait pas faire ses courses en ligne en quelques clics et attendre patiemment que ça arrive à la maison, il fallait se déplacer au marché avec ou sans véhicules… tout ça en s’occupant des enfants et des tâches ménagères.

Comment se fait-il donc qu’avec tous ces gagne-temps incroyables et révolutionnaires que l’on connaît aujourd’hui, on ne trouve pas un peu de temps pour faire quelque chose d’aussi important que cuisiner ? Comment gérons-nous ce temps gagné ? Mis à part le travail, qu’est-ce qu’on fout bordel ?!

Paresse, oh paresse

On se calme. Je le sais, on a tous des emplois du temps différents, beaucoup d’entre vous ont des obligations ou une famille à s’occuper (ou les deux), tout comme à l’époque.

Mais, avouez que dès qu’on rentre à la maison et que toutes les tâches de notre liste ont été exécutées, on a qu’une envie c’est de se reposer, se distraire, se relaxer. Ce qui est tout à fait normal et compréhensible. On le mérite bien, non mais oh !  Après une longue journée de travail, on n’a pas forcément envie de passer du temps dans la cuisine, qu’on voit comme une corvée, ni réellement l’envie d’enfiler sa tenue de sport pour aller se dépenser un peu. Bien sûr, c’est commun, on n’a pas la tête à ça. Non, nous, tout ce qu’on veut, c’est qu’on ne nous fasse pas ch*** parce qu’on est fatigué ! On veut se vider la tête et donc, en fait, on passe notre temps libre… à ne rien faire.

Mais alors qu’est-ce qu’on raconte ? Si on trouve du temps pour se reposer, se distraire, se relaxer, c’est qu’on en a, finalement, du temps !

Mais n’est-ce pas triste de se dire que notre temps libre on le passe à se remettre de notre journée de travail ? En fait, notre boulot nous empêche de vivre notre vie car, d’une, on consacre la majorité de notre temps à faire ce fameux boulot, et de deux, le reste de notre temps on le consacre à récupérer de notre journée de travail. Donc, en fait, le travail nous envahit complètement et contrôle nos faits et gestes TOUT. LE. TEMPS. Notre vie se résume à notre travail même quand on pense qu’on est libre : on est fatigué à cause du travail donc on se repose, on est stressé à cause du travail donc on se distrait… On ne  s’adonne à aucunes activités bénéfiques car on n’en a pas envie à cause du travail… Tristounet, non ? Pas le choix, me direz-vous.

Mais ce n’est pas lui qui le veut, c’est plutôt nous qui le laissons faire !

Hmm… que pourrais-je bien faire… ?

Nous consacrons majoritairement notre temps libre à la détente : télévision, internet, réseaux sociaux, jeux vidéos, lecture… (quoi d »autre ? Apéro ?). Certes, ça fait du bien. Mais ce genre d’activités n’est en rien bénéfique. Soyons réalistes, qu’est-ce que ces activités vous apportent réellement ?

Ne vous y trompez pas, je suis une partisane de la lecture, notamment de livres pratiques, j’adore le cinéma et les séries télévisées et je ne conteste pas que les nouvelles technologies sont une merveille et offrent énormément d’avantages (je tiens un blog quand même). Internet est une mine d’or d’informations utiles qu’on peut trouver à vitesse lumière, les réseaux sociaux font tomber les barrières, permettent de rétrécir le monde et d’être en contact avec des proches à l’autre bout de la terre, ce qui est fantastique.

Mais ne sommes-nous pas (trop) tentés par ces petites merveilles ? Ne détournent-elles pas notre attention des vraies valeurs de la vie ?

Le temps passé devant nos écrans augmente d’années en années. Les enfants de la nouvelle génération, qui naissent avec ces technologies, ne jouent plus dehors. Ils ont le nez sur leurs écrans et ratent pleins de belles choses que tout enfant devrait vivre.

Non les adultes, vous ne serez pas épargnés (mouhahaha). On passe notre temps sur les réseaux sociaux, pour voir ce qu’un tel fait ou a fait de sa soirée, on s’adonne aux commérages, on surf sur internet sans réel objectif mais seulement pour satisfaire sa curiosité. On regarde des séries télé et on finit toutes les saisons en peu de temps, on regarde des films, des émissions (plus ou moins intellectuelles)… Bref, toutes ces activités nous font perdre du temps, nous dévient de nos objectifs, nous rendent accrocs et prennent la place d’activités bien plus enrichissantes.

Par exemple, pour perdre du poids, une bonne alimentation qui passe par la cuisine de nos propres plats et un minimum d’activité physique sont primordiales. Or, on préfère (largement) se poser sur notre canapé devant la télé ou surfer sur le web et souvent en grignotant… ben oui, c’est tellement plus facile ! Conséquence, on ne perd pas de poids, au contraire, on en prend (et on n’est pas content !).

Se faire plaisir pour réellement se faire plaisir (mais c’est quoi ces titres bizarres ?)

Attention, je ne dis pas qu’il faille arrêter de se distraire ! Au contraire, c’est important de se faire plaisir et de reposer son esprit et son corps. Mais il ne faut pas en abuser et rester raisonnable. C’est facile de se laisser tenter par ces petites choses et de s’égarer. Mais elles n’amènent à rien et ne nous font pas grandir intellectuellement donc il faut les consommer avec mo-dé-ra-tion.

Il faut savoir faire la différence entre les recherches, les lectures, ou les visionnages qui nous servent dans la vie de tous les jours de celles qui ne servent qu’à satisfaire notre curiosité ou à passer le temps. Puis, savoir allier les deux : consacrer autant de temps à des activités bénéfiques qu’à des activités non bénéfiques.

D’ailleurs, surfer sur les réseaux sociaux amène-t-il vraiment du plaisir ? Qu’est-ce qu’on fait en général ? On regarde le profils des gens dont la vie fait rêver. Oh… ils ont l’air si heureux, si épanouis… du coup, ça nous rend triste et même un tantinet déprimé parce qu’on compare notre vie à la leur (si parfaite) et on se dit que nous, notre vie, elle n’est pas comme ça… et c’est pô juste, snif.

Plusieurs études ont d’ailleurs été menées dont une par l’Université de Pittsburgh, concluant que les réseaux sociaux pourraient générer la dépression.

Mais, premièrement, il faut savoir que ce qu’on nous montre sur les réseaux sociaux ce n’est que superficiel : les gens ne montrent que ce qu’ils ont envie de montrer, en général leurs bons côtés, et cela ne reflète pas réellement ou entièrement la réalité. Et deuxièmement, et surtout, ce n’est pas en se morfondant sur son sort, en continuant de regarder nos séries télévisées préférées enfouis sous notre couette, en se goinfrant de chocolat ou de bonbons que cette vie de rêve, qu’on jalouse, va miraculeusement venir à nous !

On rêve de la vie des autres, priant pour avoir la même, au lieu de vivre la nôtre qui attend là, impatiemment, sous nos yeux ! Parce que si on le voulait vraiment, on pourrait avoir une vie similaire. Si on se bougeait, si on agissait et qu’on consacrait notre temps à des choses bénéfiques et pleines de sens, et bien, on avancerait vers cette vie tant rêvée.

Comment s’en sortir ??? À l’aide !!!

Analysez donc vos activités et dissociez les mauvaises des bonnes. Voyez comment vous passez votre temps et si vous le gaspillez à faire des choses inutiles, qui vous rapportent peu ou qui ne vous aident pas moralement. Puis, remplacez ou consacrez une partie de ce temps à des activités riches de sens et de bénéfices personnels, des activités vitales de notre quotidien qui, avec le temps, ont été supprimées et totalement oubliées.

Cuisiner (je ne le répéterai jamais assez) est important car cela vous permet de manger sainement, de garder ligne, santé et bonne humeur. Ce n’est pas une activité à négliger ! Tout comme l’activité physique.

Il y a, bien entendu, des tas d’autres activités bénéfiques !

Revoyez vos priorités ! Demandez-vous ce que vous voulez, ce qui vous rendrait heureux(se). Voyez la réalité en face et réalisez à quel point la plupart d’entre nous sommes passif(ve)s. Comprenez l’importance, pour vous et pour vos proches, de le faire.

Fixez-vous des mini-objectifs, installez-vous une routine dans laquelle vous inclurez des activités bénéfiques et tenez-vous en. Faites-le vraiment.

Se fixer des objectifs et les atteindre donne le goût du défi, de la compétition. Ça met un peu de piment dans notre vie qui tourne, malheureusement, trop souvent en rond. Il arrivera que vous ne tiendrez pas toujours vos promesses à cause d’évènements de la vie ou l’arrivée d’une flemme  inattendue. Ce n’est pas grave, du moment que vous ne la laissez pas s’installer trop longtemps.

Le temps, les amis, est si précieux

C’est vrai, rendez-vous en compte MAINTENANT. Il est tout ce qu’on a. On ne le réalise que trop peu mais la vie est courte (vous l’avez déjà entendu celle-là ?) et le temps passe à une vitesse phénoménale. De plus, personne ne peut savoir combien de temps chacun a devant soi… ce n’est pas très gai mais c’est vrai, il faut se rendre à l’évidence (et arrêter les conneries, m***!).

Il faut donc impérativement faire bon usage de son temps, le gérer soi-même et ne pas laisser la vie, le travail ou les distractions nous dire comment l’utiliser.

Nous avons, aujourd’hui, le temps pour des tas de choses inutiles, peu indispensables, mais zéro minute pour les choses les plus importantes de la vie (ce qui est assez aberrant quand on y réfléchit). Bien se nourrir, cuisiner, se dépenser font parties des activités vitales. Mais passer du temps avec les siens, discuter, communiquer, lire des livres pratiques, se développer personnellement, faire des rencontres, voyager… sont importants et bénéfiques.

Arrêtez donc de les mettre de côté et (ré)apprenez à les inclure dans votre vie, vous le savez, pour le meilleur 🙂

Partagez!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.