Conférence 1 sur l’alimentation : détox, mono-diète, jeûne


Alimentation saine /

Découvrez la vision de différents experts sur un sujet aussi important que l’alimentation.

Témoignages et explications donnés lors de conférences à Paris, le 18 novembre 2017.

Le thème :

L’alimentation ou comment vivre mieux

Un évènement organisé par les éditions Solar, à l’auditorium Le Monde.

Évènement auquel j’ai assisté avec un intérêt gros comme ça (très gros quoi).

J’ai décidé de vous faire un petit résumé de chaque conférence (ne suis-je pas super mega gentille ?).

Parce que, d’une, c’est le sujet de mon blog donc susceptible de vous intéresser. Et de deux, le regard et l’expérience d’experts sur le sujet ne peut que nous éclairer toujours plus et nous aider à mieux vivre au quotidien.

Commençons en ce jour par la première conférence :

Détox, mono-diète, jeûne… pour gagner en vitalité

Par le naturopathe Thomas Uhl, auteur du livre Et si je mettais mes intestins au repos ?

Prendre soin de nos intestins est important pour notre bien-être. Il faut les chouchouter. Pourquoi ? Comment ? Il nous explique.

Le système digestif

La digestion commence dans la bouche, par la mastication des aliments. Elle est très importante : prendre son temps en mâchant bien amène à la sensation de satiété. En mangeant trop vite sans bien mâcher, cette sensation ne vient que tardivement. Du coup, on a tendance à manger plus.

Les aliments passent ensuite dans l’estomac, l’intestin, le côlon et puis les selles.

Tout se joue dans l’intestin : c’est là que les petites parties qui forment l’aliment (les molécules) se séparent et que l’organisme les absorbe pour en faire un corps humain. Car, certes, l’alimentation est le carburant du corps mais elle apporte aussi les éléments essentiels pour le construire et le réparer !

La détox

Selon Thomas Uhl, elle est composée de 3 choses :

  • le côté psychologique et émotionnel (la pratique du yoga, de la méditation, les soins, etc…)
  • la diététique (la mono-diète, les semaines végétales, le jeûne, etc…)
  • l’activité physique

Ces 3 aspects forment la recette. Si on ne les pratique pas tous, ce n’est plus de la détox en soi.

Pourquoi la détox est-elle importante pour l’intestin ?

En jeûnant ou en mono-diétant, on met le système digestif au repos. On ne lui donne plus rien. Du coup, il va pouvoir se reposer, prendre des vacances.

De plus, le corps va s’occuper de choses qu’il n’a, d’habitude, pas le temps de s’occuper.

C’est comme si on mettait notre corps en mode « reset » : on le remet à zéro afin de repartir sur de bonnes bases.

 

Thomas Uhl a testé des tonnes de techniques et pratiques afin de vérifier leurs bienfaits et de les conseiller, ou pas, à ses clients. La mono-diète et le jeûne en font, évidemment, parties.

Lors de cette conférence, il nous a parlé principalement du jeûne prolongé (qui ressemble de près à la mono-diète).

Le jeûne, cette pratique qui semble un peu « folle » et dangereuse, commence doucement à faire parler d’elle en France. Elle n’aurait que des bienfaits : perte de poids et de graisse, nettoyage et réparation du corps, meilleure protection contre les maladies, ralentissement du vieillissement.

Passons donc cette pratique en revue !

Le jeûne

« Le jeûne est au corps ce que la méditation est à l’esprit » Christophe André, psychiatre.

Attention ! Dans certains cas, il peut être déconseillé de le pratiquer (prise de médicaments, tabac, maladies dégénératives…). Demander l’avis de son médecin est un pré-requis.

Croyances et idées reçues

Beaucoup de personnes pensent que si on ne mange pas, on meurt.

Fatigue, affaiblissement, mauvais pour le cœur… pleins d’idées reçues.

Alors qu’en fait, on peut ne pas manger et être en bonne santé.

Jeûner peut même aider les malades faisant de la chimiothérapie, par exemple. Cela les aide à mieux la supporter.

Les bienfaits

Il est, pour lui, un « extraordinaire moyen de prendre soin de soi, de se mettre au repos, de clarifier un ensemble de choses et de récupérer de la vitalité ».

Quand on jeûne, on s’auto-restaure. Le corps, à qui on ne donne plus à manger, va puiser à l’intérieur. Et, contrairement à ce qu’on peut croire, il ne va pas puiser dans les « tissus nobles » mais dans ce qui est superflu (comme les graisses).

On retrouve beaucoup de vitalité psychique et physique (il est important de bouger quand on jeûne). Une vraie clarté s’installe.

Cela amène aussi à un dépassement de soi : émotionnellement et psychologiquement, on se dit « je l’ai fait ». On réussit à dépasser certaines croyances et on se sent capable d’en questionner et d’en dépasser d’autres.

Jeûner a également des effets sur notre système immunitaire (système de défense contre les maladies).

75% de notre système immunitaire est dépendant de la qualité de notre flore intestinale !

Quand on met nos intestins au repos, on permet la régénération/reconstitution de notre flore intestinale.

Beaucoup de pratiquants du jeûne disent ne pas (ou plus) avoir de problèmes de santé.

Quand on jeûne, où le corps puise-t-il son énergie ?

Les premières 24 ou 36 heures du jeûne, le corps n’a pas peur car il a prévu des réserves de sucre au cas où. Ce sucre, il le trouve dans le foie et dans les muscles (il est appelé le glycogène). Pendant cette première étape de « glycogenèse », on a généralement aucun effet secondaire.

Mais l’étape d’après peut être plus difficile. Une fois que tous les sucres ont été puisés, il faut trouver de l’énergie ailleurs. Pour cela, le corps transforme les graisses en sucre. On appelle cela la « néoglycogenèse ».

Notre corps et nos cellules sont programmés pour le faire. En effet, aujourd’hui nous sommes dans une abondance, un trop plein de nourriture. Mais, ça n’a pas toujours été le cas. Les humains ont connus des périodes de famines qui ont forcé le corps à s’adapter à de telles situations. Notre corps a donc gardé cette capacité de pouvoir jeûner.

Cette deuxième étape peut s’accompagner de fatigue ou de maux de tête. C’est une sorte de crise d’adaptation qui est tout à fait normale. Elle est plus ou moins difficile et dépend des personnes. En cas de crise, il faut aller marcher, s’oxygéner, c’est important. La crise fini par passer.

Après cette étape, selon notre IMC (notre taux de masse graisseuse), on a de quoi tenir un petit moment sans se mettre en péril.

On dit qu’un être humain d’1m70, 70 kg a 40 jours de réserves de graisse et un être humain d’1m70, 90 kg a 100 jours de réserves de graisses devant lui.

Les étapes du jeûne de 7 jours

★ Se programmer : d’après mon calendrier, quelle est la meilleure période pour jeûner ? Il ne faut pas jeûner quand on sait qu’on a tel ou tel évènement de prévu. Veiller également qu’au retour de notre jeûne, il n’y ai pas d’évènements qui nous mettra à mal dans la reprise.

★ Se préparer : c’est fondamental. Si on se met à jeûner alors qu’on a beaucoup mangé ou mangé n’importe quoi la veille, ce n’est pas bon. Passer d’un jour à l’autre sans se préparer, arrêter tout d’un coup, cela stresse le corps car c’est un sevrage de tout à la fois. On risque alors d’être victime de nombreux maux de têtes ou autres effets indésirables.

Comment ? En se préparant progressivement. D’abord, on enlève (ou réduit) les excitants : café, alcool, thé, chocolat. Puis les protéines animales, les produits laitiers, les œufs, les céréales. Deux jours avant de jeûner, on aura plus que les fruits et les légumes.

★ Boire : eau, tisane, jus de citron, jus de fruits dilués, bouillons de légumes. L’hydratation est très importante pendant la semaine de jeûne. Le corps humain élimine 3L de liquide par jour (par l’urine, la transpiration, les selles, la respiration). 1,5L est apporté par ce que l’on mange, donc, quand on jeûne, il faut trouver un autre moyen d’apporter ce liquide au corps.

★ Pendant 7 jours, si on peut, prendre le temps de marcher, s’aérer, méditer. Avoir du temps pour soi est important.

★ La reprise : y faire attention et la faire étape par étape. Il y a autant de jours de reprise que de jours de jeûne : 7 jours de préparation, 7 jours de jeûne, 7 jours de reprise.

Si on reprend en mangeant n’importe quoi ou de trop, le corps ne va pas pouvoir digérer car celui-ci n’est plus adapté à ce genre de situation. Pendant le jeûne, on a mis notre corps en sensibilité. Les premiers aliments qu’il va consommer, il va les assimiler x 100. La qualité des aliments pendant la reprise est donc très importante.

De plus, il faut le faire progressivement afin que les intestins se remettent en route. Les premiers jours, on mange des fruits, des légumes, puis on réintroduit céréales, produits laitiers, protéines légères et fortes.

Jeûner aide à changer son mode de vie

Le jeûne (comme la mono-diète) est un bon moyen de changer progressivement son alimentation sans que ce soit quelque chose de l’ordre du « il faut ». Naturellement, on a envie de choses meilleures après avoir pratiquer ce genre d’exercice : de bonnes huiles, moins de viande, moins de café etc…

On change son hygiène de vie parce qu’on en a envie et pas parce qu’il faut le faire. Ce n’est plus une obligation. On a envie de prendre soin de soi. Ce qui devient bien plus facile !

Jeûne et pratique du sport

Il est important de faire une activité physique lorsque l’on jeûne. Sinon, on peut perdre en muscles.

Cependant, une pratique douce est recommandée : marche ou musculation légère.

Comme on n’apporte pas les mêmes sucres au corps, il peut être plus difficile de faire une séance de cardio. Mais certaines personnes parviennent à aller courir, par exemple, après les quelques premiers jours de jeûne et de marche.

Jeûner seul ou accompagné ?

Jeûner chez soi, c’est possible, si on est préparé. La première fois, il peut être bien de le faire accompagné.

Combien de fois ?

Deux fois par an est un bon rythme. Souvent, les gens témoignent de 6 mois d’effets positifs (vitalité, énergie, absence de maladies).

Le jeûne intermittent

Le jeûne prolongé se fait sur quelques jours alors que le jeûne intermittent, lui, se pratique pendant 16 heures. On peut le faire une fois par semaine ou même tous les jours.

De nombreux médecins le préconisent : manger deux repas par jour serait bon pour le corps.

Un jour dans la semaine devient le jour du repos digestif.

La mono-diète

La mono-diète c’est manger un seul aliment pendant une journée ou plus. Par exemple, on peut faire une mono-diète de pommes, de raisins, de melon ou encore de riz.

En mangeant qu’un seul aliment,  le corps n’a qu’un seul type d’enzyme à produire, ce qui est facile pour lui. Les enzymes sont des protéines qui transforment les molécules complexes d’un aliments en molécules simples pour qu’elles soient plus facilement absorbées par le corps.

Comme le jeûne, c’est un repos digestif efficace qui apporte autant de bienfaits. Or, il faut doubler le temps de la mono-diète pour avoir tous les bienfaits du jeûne. De plus, on peut vite se lasser de manger tout le temps le même aliment. Mais la mono-diète peut être un moyen habile de se préparer et de s’initier à la pratique du jeûne.

Le mot de la fin

Maigrir avec le jeûne et la mono-diète

C’est une bonne ET une mauvaise idée. Cela dépend de ce qu’on veut. Si on veut perdre du poids dans le but de retrouver en vitalité, de retrouver une certaine estime de soi alors c’est une bonne idée. Mais si on veut perdre du poids juste pour perdre du poids, sans questionner des effets positifs personnelles, c’est une mauvaise idée.

On perd entre 5% à 10% de notre poids et, contrairement aux régimes, on ne reprend quasiment jamais le poids qu’on a perdu. Pourquoi ? Parce que se crée en nous un déclic, une réalisation de l’importance de notre hygiène de vie, qui a un impact sur nos manières de faire et de manger par la suite.

Tester

Il faut tester le jeûne et/ou la mono-diète une semaine ou 15 jours pour pouvoir témoigner de leurs effets. Nous sommes les meilleurs testeurs : nous voyons les effets positifs (ou pas), les incidences sur soi, ce qui nous permet de juger par nous-même.

Une fois que l’on adhère à ces pratiques, suffit de choisir celle qui nous convient le mieux (ou alterner les deux). Certains préfèrent la mono-diète car ils peuvent manger, d’autres préfèrent le jeûne car manger un seul aliment leur donne envie de manger plus.

 

Pour plus d’informations et de détails, découvrez le livre écrit par Thomas Uhl Et si je mettais mes intestins au repos ? Le jeûne, la monodiète, la détox, Les 3 clés de la vitalité

Je me le suis procuré à la fin de la conférence mais je l’ai simplement feuilleté pour l’instant. Il y explique en détails ce que j’ai résumé dans cet article et ce dont il a parlé à la conférence : le fonctionnement de notre système digestif et de notre intestin, des conseils pour adopter les bonnes habitudes au quotidien et prendre soin de notre intestin, les pratiques du jeûne, de la mono-diète et quelques autres, et, en prime, pleins de recettes détox (dont certaines très alléchantes).

Cliquez sur l’image pour le retrouver sur Amazon.

Vous pouvez consulter les avis sur le livre en cliquant ici.

 

PS : je touche une petite commission lorsque vous achetez quelque chose via les liens de mon blog. Le prix ne change pas pour vous et je ne touche qu’une toute petite commission mais cela me permet de continuer à développer mon blog. Un grand merci si vous le faites ! 🙂

 

Vous pouvez également lire mon second article consacré au jeûne intermittent ici.

Partagez!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.